besoin appartenance

Le besoin d’appartenance

Le besoin d’appartenance fait partie des fondamentaux de ce qu’on appelle les constellations familiales ou constellations des familles. C’est e tout cas l’un des principes de Bert Hellinger et ça paraît logique lorsque l’on parle de famille

La pyramide de Maslow

L’ordre de priorité des besoins de Maslow est un concept inspiré de la psychologie qui comprend un modèle à cinq niveaux d’exigences humaines, généralement illustrées par des degrés hiérarchiques au sein d’une pyramide.

Les exigences réduites vers le bas dans la structure du pouvoir doivent être satisfaites avant que les individus puissent répondre aux besoins plus élevés. Du bas de la hiérarchie vers le haut, les exigences sont : physiologiques, sécurité, amour ainsi qu’appartenance, estime, ainsi que réalisation de soi.

identité fringue

Comment l’exigence d’appartenance influence les actions et la motivation de l’homme

Le besoin d’appartenance, également communément appelé « appartenance », fait référence à une demande émotionnelle humaine à laquelle il faut s’associer et qui doit être approuvée par les membres d’une équipe. Cela peut inclure la demande de venir d’un collègue de l’institution, d’être approuvé par ses collègues, de faire partie d’un groupe sportif et d’être membre d’un groupe spirituel.

L’exigence d’appartenance implique davantage que la simple habitude d’être avec d’autres individus. Il s’agit plutôt d’obtenir l’approbation, l’attention et l’aide des membres de l’équipe tout en offrant exactement la même attention aux différents autres participants.

Comment le besoin d’appartenance influence-t-il les actions ?

En psychologie sociale, le besoin d’appartenance est une motivation innée pour s’associer aux autres et être également accepté socialement.

Ce besoin joue un rôle dans divers phénomènes sociaux tels que la présentation de soi et le contraste social.

La demande d’appartenance à un groupe peut également entraîner des ajustements dans les comportements, les idées et les perspectives, les gens s’efforçant de satisfaire aux critères et aux normes du groupe.

Les individus se présentent généralement selon une méthode spécifique afin de provenir d’une certaine équipe sociale. Par exemple, un nouveau membre du groupe de football du lycée peut revêtir la robe et les manies des différents autres membres de l’équipe afin d’harmoniser le reste du groupe.

Les individus investiront certainement beaucoup de temps à se comparer aux autres participants du groupe afin de déterminer dans quelle mesure ils s’intègrent. Cette comparaison sociale peut amener un individu à adopter quelques-unes des habitudes et des perspectives des membres les plus populaires du groupe afin de s’adapter et d’être mieux accepté.

Qu’est-ce qui motive donc les individus à choisir des groupes de détail ?

Dans de nombreux cas, l’exigence de provenir de groupes sociaux spécifiques résulte du partage d’un certain point commun. Par exemple, les adolescents qui partagent les mêmes préférences en matière de vêtements, de musique et d’autres passions peuvent se chercher mutuellement pour développer des relations.

Dans d’autres cas, des variables telles que des objectifs communs, le statut socio-économique, les croyances, les idées politiques, ainsi que les intérêts de la culture pop peuvent amener les individus à choisir des groupes qui partagent ces intérêts.

Différences privées dans l’exigence d’appartenance

Les individus diffèrent dans la mesure où ils exigent d’être entourés d’autres personnes et où il est très préjudiciable de ne pas être approuvé par les autres. Mark Leary ainsi que ses associés ont mis au point une échelle, l’exigence d’appartenance à un groupe, pour déterminer les besoins individuels des individus en matière d’approbation. Les personnes qui obtiennent un score élevé sur l’échelle du besoin d’appartenance désirent ardemment être acceptées dans les interactions sociales et réagissent fortement au fait d’être omises. Les personnes qui obtiennent un score inférieur sur l’échelle souhaitent avoir moins de relations étroites, bien qu’une fois de plus, un nombre minimum de liens étroits soit essentiel pour tous les êtres humains.

2 commentaires sur “Le besoin d’appartenance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *